dimanche, 26 mars 2006

Cookies crousti-moelleux

medium_cookiesmiam.jpg

L'autre soir, j'ai organisé un petit anniversaire surprise pour Julien. Il ne fêtera son anniversaire qu'en avril, mais comme il sera de retour en Irlande à ce moment là, je ne voulais pas laisser passer l'occasion de faire la fête! Au départ, comme il vit chez moi en ce moment, je pensais ne pas avoir l'occasion de faire des petites gourmandises. Finalement, j'ai quand même réussi!

Je vous l'ai dit, j'ai acheté en Irlande un livre de pâtisserie, Home Baked. Dedans, une recette de cookies a fait de l'oeil à Julien, je l'ai donc faite avec plaisir pour son anniversaire. J'étais d'autant plus motivée que ma petite soeur a fait une recette de cookies provenant du même livre (dont certaines recettes sont traduites chez Marabout, comme beaucoup de recettes du Australian Women's Weekly), qui étaient vraiment, vraiment délicieux. Ces cookies ne doivent pas cuire trop longtemps. La recette dit 16 minutes, et j'ai laissé la première fournée un peu trop longtemps : ils étaient plus crousti que moelleux! Sur les conseils d'Estelle dans une précédente recette, je n'ai pas utilisé du beurre fondu, mais du beurre très, très mou. Les cookies ont eu énormément de succès, je referai la recette avec plus de noix, je n'en avais pas assez...

Cookies crousti-moelleux
pour environ 30 cookies
20 minutes de préparation, 16 minutes de cuisson par plaque

  • 220g (1cup : Miss Lulu je pense à toi!) de sucre brun
  • 110g (1/2 cup) de sucre blanc
  • 225 g (1 1/2 cup) de farine avec levure incorporée
  • 75g (1/2 cup) de farine normale
  • 150g (1cup) de noix diverses (noisettes, amandes, noix de pécan, etc)
  • 185g de beurre moi
  • 1 oeuf plus un jaune, battus
  • 2 cs d'extrait de vanille
  • 200g de chocolat noir (une tablette hachée avec un gros couteau : ça fait des gros morceaux, miam!)


Préchauffer le four à 180° (moyen : Sarah, je pense à toi aussi ;))
Faire griller les noix dans une poële antiadhésive, sans matière grasse. Mélanger les sucres, farines, et noix. A part, mélanger le beurre, les oeufs, et la vanille. Mélanger les deux pâtes, jusqu'à ce que la pâte soit bien homogène. Y aller avec les mains, hein! Quand c'est bien homogène, ajouter le chocolat, et bien mélanger encore. Se lécher les doigts, la pâte à cookies c'est tellement bon! Prendre une boule de pâte de la taille d'une noix, et en faire une galette pas trop plate. Bien espacer ces galettes sur une plaque recouverte de papier cuisson : bien 5 cm entre chaque cookie : ça va s'étaler! Cuire à 180° jusqu'à ce qu'ils soient légèrement brunis (16 minutes) mais encore un peu mous. Sortir du four, laisser complètement refroidir sur une grille, et conserver dans une boîte métallique. Chez nous, la conservation n'a pas été un problème!!

Vous pouvez aussi congeler ces cookies, le résultat est parfait si, pour la décongélation, vous les faites passer directement du congélo à la boîte hermétique sans passer par la case micro-ondes, bien sûr! La décongélation naturelle, ya que ça de vrai (qui a dit : "Sarah, t'as même pas de congélo!").

Pour une autre recette de cookies, voir ici.

samedi, 25 mars 2006

Muffins fruits-rouges muesli

medium_muffins_fruitsrouges_muesli.jpg

Je vous parlais de ces muffins si délicieux et si faciles à réaliser! Eh bien, depuis, je n'arrête pas! Alors juste pour le plaisir voilà une version délicieuse que je vous conseille!

La recette de base est . Variante pour la garniture dans ce cas : 150 de fruits rouges (fraises, framboises, mûres myrtilles) surgelés, 6 cs de muesli aux fruits rouges (1cs par muffin sur le dessus avant cuisson) en guise de croustillant (j'utilise du muesli marque U, il est délicieux).

J'ai trop rempli les caissettes, du coup ils sont un peu trop plats... Mais j'en salive encore...

mercredi, 22 mars 2006

Steak and ale pie - à ma façon

medium_steak_alepie.jpg

En janvier, vous vous en rappelez peut-être, j'avais passé un grand week-end en Ecosse avec Julien et quelques amis. J'avais adoré Edimbourg, où je retournerai sans doute. C'est une ville assez magique, entre moyen-âge et modernité. Cours intérieures, passages étroits, fenêtres fines d'un côté, et de l'autre, grandes artères où l'on retrouve l'esprit architectural géorgien que l'on voit aussi à Dublin (je compare ce que je peux comparer) : des avenues élégantes aux porches surélevés, surmontées de portes de couleurs vives.

medium_edimbourg.jpg



Bien entendu, nous nous sommes souvent réchauffés dans les pubs, qui sont tout aussi chaleureux qu'en Irlande, et nous y avons goûté moult spécialités culinaires. Pour ma part, j'ai dégusté plusieurs Ploughman's lunch, alléchée par une description que j'avais lue sur le blog de Pascale. C'était délicieux, bien entendu.

A Edimbourg, j'ai aussi retrouvé l'esprit des livres que j'étais en train de lire. Voyez vous, je dévore les romans policiers d'Anne Perry (ed. 10/18), qui se déroulent dans le Londres victorien*. Ses personnages ne se privent pas pour manger, bien ou moins bien, mais souvent des plats simples, traditionnels, anglais. Ce sont ses livres qui m'ont redonné envie des scones, des crumpets, des pickles... Et qui m'ont surtout donné envie de goûter ces pies que les hommes dévorents dans des pubs qui empestent la bière et le tabac. Bref, dans les rues d'Edimbourg, je me suis retrouvée plongée dans une de ses enquêtes, et goûter toutes ces spécialités n'était qu'une question de temps : elles fleurissaient à la carte des pubs!

J'ai donc goûté d'abord une chicken and bacon pie, tandis que Julien testait la steak and ale pie. Le lendemain, vice-versa. Ces tourtes (car finalement ce sont des tourtes) étaient délicieuses. Croustillantes, parfumées, miam! Evidemment (et comme souvent quand je lui suggère un plat), mon amoureux a adoré, et m'en a redemandé, triste de ne pas les retrouver de retour à Dublin.

Il est rentré en France pour ses vacances dimanche, et j'avais très envie de tester cette spécialité pour l'accueillir... J'ai un peu improvisé en fonction des ingrédients que j'avais, et surtout de l'envie de moelleux et de tendresse qui avait manqué à certaines des pies que nous avions goûtées. Une pâte croustillante, une farce viandeuse avec une bonne sauce parfumée à la bière (pas d'authentique ale, mais de la Jenlain ambrée), quelques légumes... C'était une réussite. Bien entendu, la recette demande du temps, puisqu'il faut faire mijoter la viande 3 heures!

Steak and Ale pie à ma façon

pour 6 tourtes individuelles - compter 1 tourte et une bonne salade, avec éventuellement quelques petits pois pour l'accompagnement, et ça fait un repas tout-à-fait correct. Les grosses faims se resserviront ;)
Je les ai faites sur une journée, pour prendre le temps. Mais il vous faudra : 30 min de préparation + 3h de cuisson + 1h de préparation + 30 minutes de cuisson... Quand même!!
!!! Cette recette est ma variante, délicieuse mais pas très orthodoxe!
Matériel spécifique : 6 moules à tartelettes

  • 600g de viande de boeuf à braiser, coupée en dés
  • 1 et demi bloc de pâte feuilletée (j'ai pris de la Roger Roposte fraîche, qui s'est très bien comportée)
  • 3 carottes
  • 3 petites pommes de terres
  • 1 gros oignon
  • 100g de lardons
  • 150ml d'eau + un grand verre
  • 150 ml de bière
  • 2 cs de maïzena
  • Sel, poivre, huile d'olive
  • 2 jaunes d'oeufs


Dans une grande casserole (à fond assez épais de préférence), faire revenir l'oignon émincé et les lardons. Quand les oignons sont transparents, ajouter les dés de viande, et les faire brunir sur chaque face. Saler et poivrer généreusement.
Laisser griller quelques minutes, et ajouter les légumes coupés en dés. Quand la viande commence à faire du jus, mettre les 150 ml d'eau et la bière à frémir dans une petite casserole. Arrêter le feu sous la casserole, et mélanger la maïzena dans le verre d'eau froide. Puis ajouter ce mélange à l'eau+bière. Attention, ça mousse ;)
Recouvrir la viande de ce liquide. ça recouvre pas? Bah, un peu plus de bière, ça fera de mal à personne!

Laisser mijoter bien trois heures. Arrêter le feu, laisser refroidir. Normalement, la sauce a bien réduit.

Etaler la pâte, et y découper six cercles d'un diamètre supérieur de 5cm au diamètre de vos moules à tartelettes, et six cercles du même diamètre.

Garnir les moules des grands cercles, bien remplir de viande et de sauce, puis recouvrir chaque tartelette du petit cercle. Puis froncer les bords de pâte en les repliant doucement. Enfin, faire un petit trou au sommet pour laisser sortir la vapeur. Moi, j'avais utilisé de petits emporte pièces, mais le trou s'est avéré trop grand, j'ai du reboucher ;) . Dorer au jaune d'oeuf, puis enfourner à 180°, jusque'à ce que la pâte ait bien levé, bien feuilleté, bien doré. C'est prêt!

Personnellement, j'ai cuit ces pies à l'avance et je les ai réchauffées à four chaud trois quart d'heure avant de passer à table. Avec une salade bien assaisonnée, c'était dé-li-cieux. Quand on dit que les îles anglaises ont quelques petites choses à nous apprendre dans la cuisine ;)





* Anne Perry a écrit plusieurs séries policières dont les séries de Charlotte et Thomas Pitt et de William Monk sont les plus connues. Elle décrit une Angleterre victorienne partagée entre l'opulence de ses classes aisées et la misère crasse du peuple, en passant par une enquête policière passionnante, documentée, et souvent un peu perverse. Ce sont des romans très, très bons, et tout-à-fait addictifs! A découvrir. Je viens de finir son dernier titre paru, le deuxième tome d'une nouvelle série qui se déroule pendant la Première Guerre mondiale. Elle habite au nord d'Inverness, en Ecosse donc, et j'aurais bien voulu la croiser quandy sommes passés!

vendredi, 10 mars 2006

La folie des ustensiles de cuisine (II): les cercles

 

medium_hachisparmentier.jpg
 

 

Je vous racontais ici que j'avais craqué pour quelques ustensiles... Et notamment deux cercles à pâtisserie, que je convoitais surtout, je dois l'avouer, pour faire de jolies petites choses salées. Jusqu'à présent, je me contentais de boites de conserves ouvertes et lavées en guises de cercles (ou même d'emporte-pièces), mais là, attention, c'est du lourd! Bientôt je vais faire de la concurrence à Mercotte (mmm... pas tout de suite, non plus).

Bref, avec ces cercles, j'ai bien l'intention de faire de la pâtisserie, mais j'ai commencé bien plus facile avec un hachis parmentier léger. Je trouve que c'est un plat délicieux quand il fait un peu froid, et bien réconfortant. Et si vous voyiez la pluie qui tombe en ce moment, vous comprendriez mon besoin de réconfort... Et mon amoureux qu'est même pas là pour me réchauffer... Bon, je m'égare. Je disais donc que le hachis parmentier, c'est top pour sé réchauffer. Sauf que moi, je vais vous faire un aveu, je suis pas fan du fromage râpé. Enfin, j'aime bien, mais soit très coulant, soit très grillé. En bref, je suis pas une fille compliquée! Et puis sachant que je fais un peu attention à ma ligne... Bref, je vous livre donc une recette de hachis parmentier facile, rapide, sans fromage, mais avec un peu de tomate... Et une purée maison, une!

Hachis parmentier revisité
pour deux personnes, temps de préparation 25 minutes (mais 15 minutes en faisant rien que regarder les papates cuire!)
Matériel spécifique : un cercle à pâtisserie de 7,5, ou une boite de conserve ouverte, vidée, nettoyée 

  • deux steacks hachés 5%MG
  • huit petites pommes de terre
  • une petite boîte de tomates concassées
  • deux petites échalotes 
  • 1cs d'herbes de provence
  • Sel, poivre, piment d'espelette, muscade
  • Un filet d'huile d'olive
  • Une noisette de beurre, un peu de lait 

Faire cuire les petites pommes de terre dans un grand volume d'eau salée. Quand les pommes de terre sont cuites, faire dorer les échalottes dans une poêle anti-adhésive sans matière grasse, donc, et y ajouter la viande. Pendant que la viande cuit, peler les pommes de terre, les écraser (à la fourchette, pas au mixer! à la fourchette, la purée ne sera pas liquide, mais on sentira bien les morceaux de patates) avec un peu de lait, une noisette de beurre, un peu de sel, de poivre du moulin, et une bonne dose de muscade. Ajouter les tomates à la viande, et laisser s'évaporer le liquide. Honnêtement, c'est rapide. Quand tout est bon, placer votre cercle sur assiette, remplir de 2/3 cuillères de pirée, et recouvrir de la viande. Les quantités font deux cercles par personne, ce qui, avec un peu de salade, est parfait pour un bon déjeuner. Rapide, facile, pas cher et bon!

 

PS : rho les muffins deviennent une passion, ceux d'hier étaient délicieux, je vous les mets en ligne bientôt... 

 

lundi, 06 mars 2006

La folie des ustensiles de cuisine (I): Les muffins

medium_muffins_de_moi.jpg

Je m'excuse encore de mes notes assez espacées ces derniers temps, mais j'ai favorisé un peu ma vie hors-blog ;)... J'ai notamment passé le week-end dernier dans la capitale en visite chez ma meilleure amie (et j'en ai profité pour en voir deux autres très chères). Et je ne sais pas trop ce qui m'a pris ces derniers temps, mais lors de mes pérégrinations dublinoises et parisiennes, j'ai acheté quelques ustensiles de cuisine qui me faisaient envie depuis très longtemps : un vrai moule à muffins (et tout plein de caissettes en papier), des cuillères pour mesurer les fameux tsp et tbsp anglais, un verre mesureur de cups, et deux petits cercles à pâtisserie qui vont me servir aussi pour du salé, je pense... Je suis donc arrivée à Paris vendredi avec une fournée de muffins framboise/chocolat blanc/citron (un peu comme Tarzile, oui! Les grands esprits...) qui ont ravi mes copines, et donné un coup d'envoi idéal à ce week-end girlie.

J'avais adapté la recette de la recette de muffins de base d'un livre génial trouvé à Dublin, Home Baked, qui était destiné à satisfaire ma soif de pâtisseries anglo-saxonnes. Je n'avais pas encore appris la sortie du livre de Scally, à cette époque.
J'ai donc très vite essayé la recette de muffins de base, et cette association framboise/chocolat blanc/citron, soufflée par la carte du resto végétarien dublinois Cornucopia, m'a tellement plu que je les ai déjà faits trois fois! Malheureusement, chaque fois, ils ont été mangés si vite que mon appareil n'a pu les immortaliser. Je vous livre donc la recette de base de ces muffins, et deux variantes... Et la photo est celle de la variante chocolat, donc.

Le principe des muffins est simple, finalement : on fait un mélange sec (avec la farine, le beurre, le sucre), et un mélange mouillé (avec le lait ou le lait fermenté, l(es) oeuf(s)). Et au moment de mélanger les deux, on ne touille surtout pas comme une malade pour en faire un mélange homogène, au contraire : plus ce sera grumeleux et bizarre d'aspect, meilleur c'est! Le deuxième secret, je crois, c'est de bien aérer le mélange sec quand on mélange sucre et farine, et le beurre mou : comme pour la pâte à crumble, on y va avec les doigts, jusqu'à ce que ça ressemble à de la chapelure fine, en soulevant bien le mélange à chaque fois, pour faire entrer de l'air. Une fois que vous savez ça (et qu'on maîtrise la température de son four, clin d'oeil perso), ça va tout seul.

Bien sûr, il vous faudra un moule à muffin, et des caissettes en papier si vous ne voulez pas nettoyer le moule pendant une heure. Ou si, comme moi, vous considérez que le décollage du papier collé au muffin représente un des petits plaisirs culinaires absolument indispensables.

Muffins
15 minutes de préparation, environ 20 minutes de cuisson. Pour 6 muffins.
Les plus avisés d'entre vous auront noté que je vous ai déjà proposé une recette de muffins, ceux de ma copine Marion. Les muffins faits par Marion sont délicieux, mais je ne suis jamais vraiment parvenue au même résultat qu'elle...

Mélange sec

  • 150g de farine avec levure intégrée (ou 150g de farine normale plus 1/2 sachet de levure)
  • 60g de beurre mou en dés
  • 75g de sucre

Mélange mouillé

  • 125 ml de babeurre ou de lait fermenté. (J'utilise le lait fermenté Alsace Lait, mais vous en trouverez sous la marque Elben, et même Leader Price en fait, en vente dans les Franprix parisiens aussi. Vous pouvez utiliser du Lait Ribot en Bretagne, ou ajouter 10 cl de jus de citron à votre lait normal. Le lait fermenté apporte une légèreté délicieuse aux petites pâtisseries)
  • 1 oeuf

Garniture

  • Version chocolat : 100g de chocolat noir en tablette, grossièrement hâché au couteau
  • Version framboises : 100g de framboises fraîches ou surgelées, 100 de chocolat blanc en tablette, grossièrement hâché au couteau, et le zeste d'un demi-citron.

Allumez votre four à 180°. Mélanger bien le mélange sec de son côté, avec les doigts, jusqu'à ce que cela ressemble à une chapelure fine. Ajouter les éléments secs de la garniture (chocolat, citron, framboises fraîches), et mélanger encore.

Mélanger les ingrédients liquides entre eux, puis ajouter le mélange liquide (et les élements humides de la garniture : framboises surgelées) au mélange sec, et littéralement en trois coups de cuillère à pot, mélanger les deux mélanges pour obtenir une pâte irrégulière et grumeleuse.

Garnir un moule à muffins de caissettes en papier, les remplir aux 2/3 et même un peu plus, et enfourner pour 20 minutes environ. Les muffins sont cuits quand ils sont bien dorés, que le haut du muffins est un peu dur, et que la pointe du couteau ressort sèche (pas facile quand vous avez mis beaucoup de chocolat!!)

Dé-gus-tez. Camille, Vigdis, Sarah, et Ivan ont goûté, et ont apprécié! Merci pour le week-end!

Kitchen Complements
Chatham House
Chatham St
Dublin 2
Ireland

La Bovida
36, rue Montmartre
75001 Paris
01 42 36 09 99


20:43 Publié dans Desserts | Lien permanent | Commentaires (23)